cropped-cropped-banner_1.jpg

« Tu vas faire quoi maintenant ? »

On a cru y échapper, on pensait qu’on avait encore le temps d’y réfléchir quelques années mais le temps passe vite et le moment fatidique est arrivé : qu’est-ce qu’on va faire maintenant qu’on a 24 ans et un diplôme en poche ?

« Jeune diplômée », c’est le quotidien d’Alice, 24 ans, détentrice d’un diplôme en marketing, qui retourne vivre chez ses parents en attendant de décrocher un job. Retour à la chambre d’enfance et à la cohabitation avec les géniteurs, les huit épisodes retracent sa recherche d’emploi, son angoisse face à l’idée de ne pas trouver le job de ses rêves ou encore les différentes attitudes de son entourage exaspéré face à la situation de la jeune femme.

Drôle et réaliste

Amusante et pétillante, la jeune femme est déterminée à trouver un emploi malgré ses périodes de doutes, engendrées par les traditionnels refus des premières candidatures. La force d’Alice réside dans sa débrouillardise puisqu’elle ne compte surtout pas sur des pistons pour réussir, elle n’en possède d’ailleurs pas ! Ce traitement de la recherche d’emploi se positionne donc à l’opposé du marché du travail actuel qui prône le « je connais quelqu’un qui connaît quelqu’un, je peux te filer son mail », à fortiori pour les jeunes diplômés qui rencontrent de grandes difficultés à pénétrer ce petit monde tant convoité.

La série retrace surtout les difficultés que rencontrent aujourd’hui les jeunes diplômés, mais également celles des chercheurs d’emplois en général, dans leur quête du saint Graal : le CDI. En effet, ces personnes sont souvent stigmatisées par leur famille et leurs amis, qui pensent qu’elles restent les bras croisés en attendant de recevoir LE coup de téléphone qui changera leur vie. Alors que dans la plupart des cas, ils ne demandent qu’à être soutenus et encouragés dans leurs démarches.

Les mails de refus font parfois l’objet de remise en question, notamment au cours de cette période de transition entre le statut d’étudiant et l’entrée dans la vie active qui est toujours un moment délicat à vivre. On observe d’ailleurs qu’Alice, bien que diplômée d’un master en marketing, est d’abord un peu perdue et cherche son « projet professionnel ». C’est une réalité assez fréquente contrairement à ce que l’on pourrait penser mais cette notion, entendue des centaines de fois depuis le collège, reste floue pour la plupart des jeunes. Mais si Alice ignore ce qu’il lui plairait de faire, elle sait néanmoins ce qu’elle ne veut pas faire.

L’attitude d’Alice face à ses questionnements raisonne chez la génération « Y » puisqu’elle nous renvoie à nos propres angoisses. Cependant, son côté à la fois mutin mais sarcastique face aux remarques de son entourage apporte une touche légère et optimiste à son parcours.

wass1.jpg

Incompréhension et ambition

La solitude et le sentiment d’être incomprise par son entourage ressort également de cette web-série. En effet, Alice est souvent filmée seule, dans sa chambre, en proie à ses questionnements. Quand elle passe du temps avec ses amis, qui eux possèdent un emploi stable, elle se sent incomprise et à part de leurs conversations « boulot ». Et lorsqu’elle discute avec ses parents, elle se heurte à de l’insensibilité.

Effectivement, ici les parents ne sont pas dépeints comme des parents « poules » qui essayent d’aider leur petite fille adorée mais comme des parents qui se montrent plutôt exaspérés et ne comprennent pas de ne pas voir leur fille décrocher un emploi malgré l’obtention d’un bac +5. Ce paradoxe entre le niveau du diplôme des jeunes et la difficulté de trouver un emploi sur le marché du travail reste encore confus pour la génération d’avant, pour lesquels il était aisé de trouver un emploi.

Malgré les obstacles et les doutes, Alice ne baissera pas les bras et continuera à se battre pour atteindre son objectif, sans l’aide de personne. C’est au fil des épisodes que sa détermination et son ambition vont s’affirmer, une ode au girl power !

Les codes du web 2.0

Tout au long des épisodes, on découvre les codes du web 2.0, notamment l’apparition de hashtags directement à l’écran. Ainsi, la web-série affiche clairement son positionnement envers la génération ayant grandi avec le web ainsi qu’envers les utilisateurs de ce langage. On observe d’ailleurs un fossé générationnel entre Alice et ses parents, les premiers « old school » ne jurent que par le CV papier tandis que la jeune femme utilise les réseaux sociaux et les nouvelles technologies pour postuler aux offres d’emploi.

Ce clin d’œil est avant tout le reflet de l’évolution de notre société concernant la place grandissante accordée aux réseaux sociaux et à l’image que nous renvoyons sur le web. Dans un épisode, il est question d’e-réputation et de l’utilisation du réseau social Twitter pour réseauter et trouver un emploi grâce à un profil populaire et attractif. Bien qu’accessible à tous, cette pratique est difficile à mettre en place et n’est pas donnée à tout le monde. Alice se rend alors compte que ce serait trop beau et trop facile que cela se réalise de cette façon, surtout lorsque l’on ne bouge pas de sa chambre.

Du petit écran à la web-série

C4A85482-553x369.jpg

Loin d’être une inconnue, Tiphaine Haas s’est déjà faite remarquer sur le petit écran dans la série « Fais pas ci, fais pas ça » diffusée sur France 2, dans laquelle elle interprète le rôle de Solène Lepic, l’intello têtue de la famille.

Âgée de 23 ans, la jeune femme signe ici une belle performance puisque jouer le rôle d’une diplômée en marketing a dû être un exercice amusant à réaliser pour celle qui étudie les arts appliqués en parallèle de sa carrière de comédienne. Et c’est avec brio et charme qu’elle réussit à incarner la pétillante Alice.

Lancée en septembre 2015, la web-série a déjà été saluée par plusieurs médias, et a également remporté le « Prix du Public » au Swiss Web Program Festival 2015 dans la catégorie « Humour ». La jeune diplômée n’a donc pas fini de faire parler d’elle !

Et surtout qu’en réalité, on connaît tous une Alice : vous, votre meilleure amie, votre sœur ou votre fille, rendez-vous au WES Festival en avril prochain pour découvrir cette série !

Wassana Sensavang